Kraus, islamophobe radical et raciste viscéral, a crevé d'un improbable infarctus intestinal (si, si,  ça existe...). Toute sa misérable vie, il s'en est pris à cœur joie à des mahométans et à des immigrants non leucodermes. Pour beaucoup, la mort de Kraus a été un immense soulagement. Surtout pour Fatou, jeune étudiante d'origine gambienne, qui n'a jamais caché sa joie. Elle a d'ailleurs pris le parti de l'exprimer, ou plutôt, de la faire jaillir, à sa manière...

Fatou, en dehors de sa confession musulmane, voue un culte à Gargantua et à ses descendants. Elle mange énormément, à la mesure de son gros estomac et de sa masse corporelle, mais rarement jusqu'à l'indigestion. À l'exception de cette nuit là, presque 5 semaines après l'enterrement du Misanthrope Kraus, où l'étudiante sombra dans un excès de table aussi spectaculaire qu'intentionnel.


Tard dans la nuit, sa voiture parquée à moins de 15 mètres de la dernière demeure de son pire ennemi, Fatou engloutit deux pots de crème au chocolat d'un litre chacun, une quantité appréciable de frites à la mayonnaise, six beignets et, bien que sa religion le défende, un gros McDo au porc. Son sentiment de haine l'emportant sur ses nausées, elle conclut son repas pantagruélique en finissant une bouteille d'un litre et demi de soda orange.


L'étudiante, le ventre arrondi, attendit patiemment que l'envie de dégobiller atteigne son paroxysme.Dès qu'elle sentit que tout ce qu'elle venait de consommer remontait dans son œsophage, elle sortit du véhicule en courant. Les mains sur ses genoux, en position penchée vers la pierre tombale de Kraus, elle ouvrit instinctivement sa bouche. Sans le moindre rot le moindre hoquet, un torrent semi-liquide formé du soda, du McDo et d'une partie des beignets s'étala lourdement et bruyamment durant pas moins de 10 secondes !! On croirait un robinet qui expulsait en continu et abondamment une substance vaguement brunatre !


La deuxième expulsion, à peine moins fournie, mais plus épaisse, mélange douteux de frites et de crème, s'éclaboussa majestueusement sur la photo de Kraus et la partie du caveau juste à côté. Elle s'acheva par une toux prolongée, immédiatement suivie par un long rot qui projeta également par les narines de l'étudiante une visqueuse substance beige résultant des restes au fond de la poche gastrique de Fatou.
Contente d'avoir si magistralement gerbé, toujours en position inclinée, la jeune fille hurla, d'une voix enrouée par l'effort vomitif : "Mon cadeau post-mortem, espèce de sous-merde ! Va cramer en enfer, enfoiré !!!!" Pour terminer sa besogne en toute beauté, Fatou se racla longuement la gorge, puis un gros crachat bien gluant et gros tomba de ses lèvres sur des bouts de frites rendus. Elle essuya ses bottes maculées de projections alimentaires, regagna sa bagnole et démarra au quart de tour.