Oui, Barbara aimait manger. Du haut de ses 1 m 70, elle pesait 115 kg. Elle n'a jamais cherché à faire un régime, jusqu'au jour où elle suivit un documentaire sur Dailymotion qui la convainquit de stopper sa course aux kilos. Une longue nuit de réflexion plus tard, elle se dit : « Promis, juré, Barbara, tu feras de l'exercice, tu respecteras les consignes du diététicien et tu deviendras mince. Mais avant cela, tu vas dire adieu à ta goinfrerie en t'empiffrant comme jamais tu ne l'as fait !». 

Ce jour-là donc, la jeune femme de 29 ans sauta tous ses repas jusque 18 h. En rentrant dans son appartement où elle vit seule, tiraillée par une faim sans nom, elle dressa toute une table pour elle toute seule. Durant presque une paire d'heures, elle dévora une énorme pizza aux anchois de 12 tranches, avala un gâteau au chocolat de 2 kg et deux gros bols de fraises. Pour se sentir encore plus lourde, elle vida un bidon de lait de 3 L en moins de 10 minutes ! Barbara se leva, toucha son ventre distendu, nauséeuse, mais pas au point de vomir. Cela la rassura. C'est ainsi qu'elle surchargea son estomac démesuré d'un litre et demi supplémentaire de Pepsi. Dès qu'elle finit la bouteille, elle rota à maintes reprises, puis sentit qu'à force d'éructations, les nausées s'amplifiaient et le contenu de sa panse remontait. « L'heure du rituel a sonné », murmura-t-elle.
Assez rapidement, la demoiselle enveloppée retira tous ses vêtements en chambre, se dirigea à poil vers la salle de bains et posa la bonde sur le trou d'évacuation de la baignoire. Assise sur le rebord, elle attendit le moment que son corps décide de se purger. Elle n'attendait pas longtemps. Sous un irrésistible réflexe, Barbara ouvrit grand la bouche. Moins de 15 secondes plus tard, un gigantesque torrent brunâtre parsemé de morceaux de fraises et de gâteau en jaillit fort bruyamment en s'éclaboussant anarchiquement. La fontaine suivante, propulsée par un hoquet, fut formée de près de 2,5 L de gerbe lancée en quelques secondes, pleine de morceaux mal mâchés qui s'étalaient majestueusement. Barbara, à la fois surprise et dégoûtée par la quantité rendue et son aspect, lâcha un autre spasme qui répandit dans toute la baignoire une mixture semi-liquide vaguement beige d'un volume pareil au précédent rejet, de goût acide et d'odeur peu appétissante.
Avant que son gosier n'expulse davantage de bouffe semi-digérée, la jeune femme eut l'idée saugrenue de se redresser, puis de poser ses pieds dans la baignoire où le vomi, épais et visqueux, lui montait un peu au-dessus de la cheville. En position penchée, les mains sur les genoux, Barbara poursuivit sa dégueulade en plusieurs éructations qui laissèrent tomber une pâte lourde d'environ un kilo de gâteau et de pizza formant un monticule sur la mare de gerbe.
La jeune femme se sentit soulagée d'avoir fait sortir de son ventre une telle quantité. De ses gros pieds, elle dispersa le monticule pâteux de la gigantesque flaque malodorante, au point de former une masse homogène. Pas moins de 6 L de vomi ocre !!! Poussant la déraison jusqu'à ses extrêmes limites, Barbara s'allongea et se barbouillant carrément dans ses ordures ! Elle simula un véritable bain, les gros morceaux de pizza faisant office de savon. Ce rituel d'un genre unique se déroula en un peu plus de 20 minutes. Il fut stoppé par de sérieuses douleurs intestinales immédiatement suivies d'une irrépressible envie de déféquer. Apparemment, les tripes de la célibataire ne purent supporter la partie du mélange alimentaire digérée. Sur place, les jambes écartées, elle libéra une impressionnante diarrhée particulièrement nauséabonde d'environ 1300 ml qui se mixa avec le reste du liquide infect de la baignoire en sortant avec pression, et qui s'acheva par un profond petit humide étouffé par le contenu gastrique précédemment déversé !
Définitivement satisfaite de s'être bien gavée, puis bien vidée, l'heure fut au nettoyage, qui prit des heures.