« Ma chérie, si tu continues, tu vas exploser », s’exclame la mère de Danielle, 9 ans, qui en est à présent à sa 3e bouteille de soda, après avoir avalé gloutonnement une grande assiette de bouillie de soja, 7 safous, 5 barres de chocolat, une omelette faite de 4 œufs et un gros gobelet d’eau. Pendant que sa mère lui parle, la coquine la regarde d’un air provocateur tout en finissant d’un trait son liquide sucré. Ensuite, elle sourit, rote bruyamment, tout en touchant de sa main gauche un ventre tout gonflé.

-      « Ouf ! J’ai tellement mangé que je ne peux même plus respirer !

-      Franchement ! Il est d’ailleurs temps de rentrer. Appelle tes petits frères et dites au revoir à Mémé »

Quelques minutes plus tard, toute la famille venue en visite se retrouve dans la voiture, direction la piaule. Il ne se passe pas plus d’un quart d’heure que Danielle est prise de violentes envies de tout faire sortir. Sans même prévenir ses parents, encore moins ses autres passagers de frères, elle grimpe rapidement, se tourne vers les sièges arrière heureusement inoccupés et, tout en éructant avec une rare violence, arrose de sa bouche une projection d’eau, d’omelette et de soda qui jaillit avec une formidable pression.

« Papa, Danielle est en train de vomir », crie le tout dernier.

Avant même que le véhicule ne s’arrête, toujours en un jet fourni lancé assez loin, la bouillie, les safous et les barrettes de chocolat, le tout formant une mixture peu attirante, sont restitués brutalement. Les trois spasmes suivants expulsent la même chose, y compris par les narines de l’enfant.

« Oh, my God ! », murmure la mère en déformant son visage de dégoût. Et il y a de quoi : tout l’arrière est dégoulinant d’une chaude gerbe grumeleuse qui achève de tomber en formant une flaque visqueuse. La quantité rendue est prodigieuse et l’odeur infâme. Par bonheur, les sièges, plaqués de bouffe semi-digérée, sont recouverts de plastique, ce qui les rendra faciles à nettoyer. C’est la moquette qui posera le plus problème.

« Alors, on fait moins la maligne, hein ? », tonne la génitrice de Danielle, accompagnant ses propos d’une baffe respectable. « C’est ça l’exemple que tu donnes à tes petits frères ? T’es privée de télé durant une semaine et de souper ce soir ! ».