Avec l'aide de son frérot Tony, Elsa, rouquine jeune personne un peu enveloppée ayant récemment eu 17 printemps, filme un concours de ouf dont elle est la seule participante : finir autant de pots de confiture et de compote qu'elle peut. Son amour excessif pour les choses sucrées n'ayant d'égal que son féroce appétit, l'ado se dit que les 10 bocaux devant elle se videront en moins de temps qu'il n'en faut pour le poster dans un site de partage des vidéos.

Aussi surprenant que cela paraisse, Elsa a ingurgité les compotes de mangue, d'abricot, de papaye, de pomme, de goyave et les confitures de raisin, de fraise, de cerise, de pastèque et d'ananas en seulement une demi-heure ! Dans un souci non négligeable d'harmonie, elle alternait consciencieusement dans sa gloutonnerie compote et confiture, chaque pot pesant en moyenne 500 g. En vue, selon elle, de faire passer son gros repas sui generis, elle conclut le concours en terminant une carafe d'eau pleine.

Toute souriante, mais pâle, car les envies de rendre devenaient insistantes, elle se leva en touchant sensuellement son ventre bombé difficilement caché par un léger polo. Après avoir sautillé durant presque une minute comme un lapin, de haut-le-coeur particulièrement violents la clouèrent. Les deux mains sur la table, le visage grimaçant, elle dit simplement à Tony le cameraman de circonstance : « Direction la toilette de derrière ! ».

La rouquine sortit du salon, s'arrêta, marcha en se traînant. N'en pouvant plus, elle s'appuya sur l'un des murs de façade de la maison entièrement carrellée. Tout en écartant ses jambes, elle libéra un rot qui projeta un liquide fait seulement d'une petite gorgée d'eau jaunâtre qui glissa sur le mur, puis par terre. C'était comme l'amorce d'une bombe. En effet, l'évacuation suivante fut une véritable explosion bruyante de couleurs indéfinissables qui décora le sol d'une flaque de belle taille.

Un hoquet plus tard, la bouche et le nez d'Elsa lâchèrent une autre quantité nettement plus fournie que les précédentes et plus pâteuse. C'était à la fois beau, spectaculaire et troublant. Les petits pieds nus de l'ado pataugeaient dans un vomi aussi épais qu'infect. En gardant la même position, sous d'énergiques éructations, elle rendit en jets modérés ce qui lui restait encore dans sa poche gastrique et ce, en cinq minutes. La mare de gerbe était de dimensions impressionnantes, carrément monstrueuse.

Tony le filmeur posta, paraît-il, la vidéo sur YouTube et DailyMotion. Vu les performances dégueu de sa soeur, elle ne fut mise en ligne que très peu de temps, car rapidement censurée. Dommage, car ladite vidéo s'avère un modèle du genre...