Récit de mon ami Galien, globe-trotter patenté.

À Tuvalu, petite île du Pacifique menacée d’immersion à cause de l’élévation du niveau des océans, un pasteur de mes amis me parle d’une de ses fideles polynésiennes prénommée Robyn dont la caractéristique notoire est de battre les records insulaires de consommation alimentaire. La jeune fille de 23 ans bouffe démesurément à presque toute heure, même la nuit, et peut vider une marmite de plus d’une dizaine de litres en un repas ! Elle a tout le temps faim. Chose des plus insolites, Robyn a un poids des plus normaux (68 kg pour 1 m 74) et depuis qu’elle est née, n’a jamais vomi ni eu de diarrhée, même après administration d’émétiques ou de laxatifs puissants. Un véritable cas pour la science. Mais pas pour la spiritualité, soutient mon pasteur (il s’appelle Ethan). « De puissants démons l’envoutent et la contraignent à énormément manger. Ce soir, on va les chasser de ce corps. Et comme vous doutez des choses de la foi, vous êtes convié à la délivrance, Mr Galien ».

L’église est archicomble à 19 h. à la tribune, le pasteur, la chorale, les intercesseurs et Robyn, solidement attachée dur son siège à l’aide de chaines métalliques. L’exorcisme peut débuter. Le pasteur Ethan m’explique que la jeune fille a jeuné durant trois jours, ne prenant que de l’eau. Les mauvais esprits en elle sont assez furieux de cette privation : le regard injecté de sang de Robyn en est la visible preuve, ainsi que les tremblements qui la gagnent.

La prière commence dans les minutes suivantes et s’intensifie au fur et à mesure de son déroulement. La gloutonne se met à suer de tous ses pores et les tremblements se muent en agitations de forcenée. Un moment, Robyn hurle comme si plusieurs voix sortaient de son gosier, puis se calme subitement.

La tête inclinée, les cheveux en bataille, la jeune fille éructe avec une rare violence. Un flot continu d’une purée jaune très épaisse est projeté sur le sol de l’église durant environ cinq secondes. Il y grouille une quantité impressionnante de cloportes géants !!! Quelques instants plus tard, Robyn pousse un autre rot qui ressemble davantage à un profond gémissement de douleur. Sa bouche laisse tomber un serpent noir d’un mètre, bien vivant, puis une projection volumineuse légèrement sanguinolente de presque un litre d’une espèce de morve mousseuse. Le reptile est vite abattu d’un coup de pilon, alors que les prières redoublent de vigueur. Par terre est plaqué un étang de vomi assez large, qu’un humain normalement constitué ne peut expulser d’un coup. Toutefois, l’envoutée ne s’est pas encore totalement vidée, loin s’en faut.

Toujours la tête penchée, Robyn, les yeux fermés, sa joue droite appuyée sur son épaule droite, dégorge une matière bleuâtre pleine de petits vers noirs et ce, sans retenue pendant 15 bonnes secondes !!! Ce rejet, monstrueux et gluant, salit parfaitement la blouse et la jupette de la fille et dégage une odeur particulièrement nauséabonde qui empuantit toute l’église. Alors que le liquide immonde jaillit encore, une masse incroyable de poils, telle une crinière de cheval, est rejetée la minute qui suit, même par le nez ! Après quelques convulsions, une fumée blanchâtre, d’un parfum cadavéreux, s’échappe de la bouche de la jeune personne.

Robyn, toujours les yeux fermés, est totalement immobile. Le pasteur Ethan me signale alors que la délivrance a marché. Un vrai mystère qu’à jeun, on puisse évacuer de son organisme presque douze litres de choses aussi hétéroclites ! Le sol ressemble à une mare infecte agitée de presque trois mètres de diamètre ! L’homme de Dieu dit à mon pote Galien que toute cette vomissure sera soumise à un rituel particulier, puis aspergée copieusement d’eau bénite et finalement jetée à la mer.

Croyez-nous ou pas, Robyn est totalement sur pied huit heures après l’exorcisme, en pleine possession de ses moyens et débarrassée de sa gloutonnerie démoniaque.

Quel spectacle ce fut !