ET PLEIN LE BOCAL

Alice en est certaine : elle a des vers. Son ventre lui fait mal et un petit ascaris s’est retrouvé dans ses selles la veille. Mais elle a une solution à son problème. C’est qu’un tradipraticien lui a préconisé une recette imparable : boire un litre d’une potion au goût peu ragoutant, une assiette de purée de carotte et ½ litre d’eau. Paraît que ça va attirer toute la vermine vers l’estomac qui se chargera de tout évacuer. Notre jeune femme d’une trentaine d’années vient d’appliquer cette étrange formule. Sa panse bedonne, pleine de liquide. Le moindre mouvement du corps d’Alice laisse entendre des glouglous désagréables.

Moins de 30 minutes se sont écoulées que les gargouillis produits se sont plus insistants. Instinctivement, Alice va prendre un assez gros bocal à la cuisine. En position assise, les mains sur ledit bocal et son menton dessus, elle attend. Bien lui en prend, car dans les secondes qui suivent, sans la moindre nausée et sans le moindre effort, la purée de carottes mêlée à la potion et à l’eau jaillit comme une fontaine de la bouche de la jeune femme. Il y grouille plusieurs vers, dont certains vivants. Le second rejet n’est formé que d’une bave très mousseuse. C’est la troisième expulsion, l’ultime, précédée d’un drôle de hoquet, qui remplit le bocal en moins de trois secondes d’une abondante humeur pleine de vermine. L’odeur est putride et le goût, selon Alice, assez amer.