13 litres de « dègue »

Amanda répond aux critères de choix bantous en général. Notre fille de 18 ans a en effet des proportions fessières et « poitrinales » de rêve et une centaine masse, forte de ses 80 kilos. Et elle vous consomme des quantités qui justifient son poids...

Un beau dimanche, à la place du village, elle prétend réussir un pari dingue, moyennant 200 dollars : finir toute une calebasse de bouillie de blé, l'équivalent de deux bidons de cinq litres, c'est-à-dire plus de dix kilos de bouffe !

Devant une foule compacte, Amanda avale sont gargantuesque repas gorgée après gorgée et engloutit la moitié du récipient en moins d'un quart d’heure, sous un tonnerre d'applaudissements. Notre fille souffle quelques minutes, puis reprend sa besogne. Dans les trente minutes, les trois quarts de la calebasse sont ingurgités. Amanda commence à sentir des haut-les-cœurs et grimace de manière inquiétante. Les spectateurs en liesse l'encouragent. Après un effort héroïque, toute la calebasse se retrouve dans l’énorme estomac de la jeune demoiselle qui passe ainsi de 80 à 93 kilos !

Des fortes nausées tiraillent Amanda, mais elle se lève quand même et soulève le récipient vide en le tournant vers le bas, histoire de montrer à la foule qu’elle a tout vidé. Le ventre de la meuf, d'ordinaire gros, a pris ici un volume inquiétant, presque comme celui d'une femme gravide.

Quelques instants plus tard, notre meuf de 18 ans sent la bouillie lui remonter. Elle tente de bloquer le reflux, mais le réflexe de son organisme vainc son désir. Les bras croisés sur son gros bide, Amanda pousse un immonde rot qui libère avec une rare intensité une formidable masse brunâtre qui s'affale sur le sol argileux sans s'infiltrer. Une flaque imposante recouvre les pieds de la jeune fille, heureusement non chaussée. Quelques secondes plus tard, Amanda sent qu’un flot alimentaire plus important que le précédent s'apprête à jaillir. Elle ferme les yeux pour ne rien voir et expulse sans même éructer un jet de presque dix secondes qui sort d'abord finement pour terminer en une fontaine semi-digérée qui élargit et épaissit la première flaque. Une odeur de fermentation règne. Amanda rote par après quatre fois et à chaque fois, la bouche grande ouverte, d'abondants rejets visqueux s’étalent par terre et une partie sort même par les narines de la fille, vu la violence des spasmes. À présent, la taille de la flaque est proprement effrayante : presque un diamètre de deux mètres ! Amanda elle-même n’en revient pas qu'elle ait mangé autant.

Toujours en position penchée, Amanda croit encore gerber, mais l'œsophage reste calme. Notre fils se contentait de débarrasser sa bouche de filets de salive mêlés des particules de blé. Par après, après quelques photos, la flaque gigantesque est recouverte de sable. Et Amanda empoche ses 200 balles.